Powered by
X-Recherche

Fiche Analyse : FROTTIS D'OREILLE
Valeurs de référence Absence de germes pathogènes le plus souvent impliqués dans les otites ( voir « Intérêt clinique et Interprétation des résultats » ci-dessous).

Définition - physiologie L’épiderme du conduit auditif externe arbore généralement une flore commensale dont la composition est qualitativement voisine de celle de la peau. Essentiellement, cette flore comporte donc des Staphylocoques coagulase-négatifs, des Corynébactéries et des Microcoques. Accessoirement, des bacilles Gram-négatifs (Acinetobacter, Enterobacter), des levures, voire des Mycobactéries saprophytes. Quantitativement, l’abondance de cette flore est limitée par la barrière physiologique etbactéricide que constitue le cérumen.
Prélèvement - Propriétés de l'échantillon Frottis sur écouvillon placé dans le milieu de transport. Otite externe : Ecouvillonnage du conduit auditif sous otoscope. Placer l’écouvillon dans un milieu de transport. NCVP ( Neuw Copan Vi-Pak Amies Gel ) et acheminer au laboratoire, sinon, conserver au frigo maximum 24 heures. Otite moyenne : Tympan intact : nettoyer le conduit auditif externe avec une solution antiseptique puis collecter le liquide à l’aide d’une seringue. Tympan perforé: collecter le liquide à l’aide d’un écouvillon fin le plus près possible du tympan, après mise en place d’un spéculum d’oreille. Placer l’écouvillon dans un milieu de transport. NCVP ( Neuw Copan Vi-Pak Amies Gel ) Acheminer au laboratoire le plus rapidement possible (24 heures maximum à température ambiante).
Intérêt clinique - Interprétation des résultats Le prélèvement ciblé et la mise en culture d’un frottis d’oreille permet l’identification d’une bactérie dans environ 75 p. 100 des otites, réduisant dans les mêmes proportions les échecs thérapeutiques. Les otites peuvent être classées en trois catégories du point de vue clinique : les otites moyennes aiguës (OMA), les otites externes et les otites chroniques.
• Les otites moyennes aiguës représentent la situation la plus courante chez l’enfant entre 3 mois et 6 ans. Indépendamment de l’âge, Streptococcus pneumoniae et Haemophilus influenzae représentent plus de 50 % des bactéries responsables des OMA. Viennent ensuite le Staphylococcus aureus, les Entérobactéries, les Streptocoques du groupe A et la Branhamella catarrhalis. Chez le nourrisson de moins de 3 mois , le Pseudomonas aeruginosa, le Staphylococcus aureus et les Entérobactéries sont les principales bactéries responsables des OMA, avec la particularité d’une multirésistance plus marquée due probablement à une contamination hospitalière à la maternité.
• Dans les otites externes, le Staphylococcus aureus, le Pseudomonas aeruginosa et les Mycoses constituent les principaux micro-organismes retrouvés à la culture.
• Dans les otites chroniques, on peut retrouver des bactéries très variées comprenant toute la gamme des Entérobactéries, le Pseudomonas aeruginosa, les Anaérobies et le B.K. Le prélèvement bactériologique pour isolement, identification et antibiogramme de la bactérie responsable au cours d’une otite est indiquée : - dans les situations où on peut retrouver des bactéries très variées ( otites chroniques et OMA du nourrisson de moins de 3 mois ) ; - devant les échecs thérapeutiques rendant obligatoire l’étude de la sensibilité aux antibiotiques ; - et bien sûr chez les patients immuno-déprimés. Dans les autres cas, le traitement antibiotique des otites est bien codifié et prescrit le plus souvent sans prélèvement bactériologique préalable.

Retour analyses