Powered by
X-Recherche

Fiche Analyse : ANTICORPS ANTI VIRUS VARICELLE – ZOSTER
Valeurs de référence IgM : absence
IgG : absence : pas de contact
IgG : présence : contact ancien
Délai de réponse Analyses réalisées 2X/sem (ma et je)
Type de tube à utiliser S
Tarification (Nbre de B) IgM : 200 B
IgG : 200 B
Définition - physiologie Le virus Varicelle-zoster est un virus à ADN faisant partie des Herpèsvirus humains. Il est responsable lors de l’infection primaire de la varicelle et du zona lors de la réactivation de l’infection, le virus restant latent dans la racine dorsale des ganglions nerveux. La primoinfection est génèralement bénigne chez l’enfant, elle peut s’accompagner de complications plus importantes chez l’adulte : pneumopathie, encéphalite, infection disséminée. Elle peut être fatale chez l’hôte immunocompromis. Le diagnostic est généralement clinique ou virologique. Le diagnostic sérologique est utilisé pour déceler les personnes non immunisées en cas de contact, notamment les femmes enceintes. En effet une varicelle lors de la première partie de la grossesse peut causer une embryopathie varicelleuse dans 1 % des cas et une varicelle aux alentours de l’accouchement peut produire une infection grave du nouveau-né. Le zona de la femme enceinte n’entraîne aucune pathologie fœtale. Environ 70% des adultes possèdent des anticorps vis-à-vis de la varicelle. Les anticorps IgG et IgM peuvent être recherchés par immunofluorescence ou techniques immunoenzymatiques.
Prélèvement - Propriétés de l'échantillon L'analyse est réalisée sur sérum
Intérêt clinique - Interprétation des résultats La présence d’IgM est associée avec la primoinfection. Cependant en cas de zona, elles peuvent également être détectables. La présence d’IgG en absence d’IgM montre un contact ancien avec le virus et sa latence dans l’organisme. Les IgG persistent toute la vie.

Retour analyses