Powered by
X-Recherche

Fiche Analyse : PHOSPHATASES ALCALINES
Valeurs de référence Femmes
<18 ans 54 – 369 U/L
18-50 ans 42 – 98 U/L
50-60 ans 53 – 141 U/L
>60 ans 43 – 160 U/L

Hommes
<20 ans 54 – 369 U/L
20-50 ans 53 – 128 U/L
50-60 ans 56 – 119 U/L
>60 ans 56 – 155 U/L

Les taux plus élevés chez l’enfant sont liés à la croissance osseuse. En période de grossesse, l’activité augmente durant le dernier trimestre : le passage sanguin d’une phosphatasen d’origine placentaire en est la cause.
Unités du laboratoire U/L
Délai de réponse 0
Type de tube à utiliser S ou V à jeun
Tarification (Nbre de B) 80 B
Définition - physiologie Les phosphatases alcalines représentent un groupe d'enzymes qui catalysent l'hydrolyse d'esters phosphoriques. Les phosphatases alcalines sont largement distribuées dans les différents tissus, mais surtout dans le foie, les os, les intestins, le placenta. Dans les hépatocytes, la phosphatase alcaline est présente dans la membrane canaliculaire qui borde les canalicules biliaires. Les phosphatases alcalines sont codées par 3 gènes différents. Les formes hépatique et osseuse sont codées par le même gène mais se distinguent par des mofications post-traductionnelles.
Prélèvement - Propriétés de l'échantillon L'analyse est réalisée sur sérum ou plasma hépariné. Le prélèvement doit être effectué à jeun, car la concentration sérique de la forme intestinale augmente après un repas
Intérêt clinique - Interprétation des résultats Face à une élévation de la phosphatase alcaline on est confronté à la question de son origine : os ou foie. On peut contourner cette difficulté soit en mesurant parallèlement l'activité de la LAP, soit en déterminant les isoenzymes par électrophorèse, soit en mesurant spécifiquement la forme osseuse.

En pathologie osseuse:
L'augmentation des phosphatases alcalines, reflet de l'hyperactivité ostéoblastique, se rencontre dans de nombreuses maladies osseuses : maladie de Paget, ostéomalacie, hyperparathyroïdie, métastases osseuses, consolidation de fracture…. Toutefois l'augmentation la plus nette est mesurée en cas de cancer ostéogénique et dans la maladie de Paget.

En pathologie hépatobiliaire:
L'augmentation de l'activité des phosphatases alcalines, reflet d'une cholostase, peut être plus ou moins importante. Elle n'est pas une conséquence directe de l'obstruction, mais résulte d'une augmentation de synthèse. L'obstruction intrahépatique ne provoque en général qu'une majoration modérée des phosphatases alcalines. Un obstacle extrahépatique à l'écoulement biliaire engendre une hyperactivité phosphatasique plus nette.

Retour analyses