Powered by
X-Recherche

Fiche Analyse : ANTICORPS ANTI-SALMONELLA (SERODIAGNOSTIC DE WIDAL)
Valeurs de référence V. interprétation des résultats ci-dessous
Délai de réponse 1 J
Type de tube à utiliser S
Tarification (Nbre de B) 80 B
Définition - physiologie Le principe de la technique initialement proposée par Widal consiste à mettre en contact une suspension d'antigènes somatiques de la paroi cellulaire (O) et flagellaires (H) de Salmonella avec le sérum du patient et de visualiser une agglutination si les anticorps correspondants sont présents.
Les antigènes principalement utilisés se rapportent à Salmonella typhi et Salmonella paratyphi A, B et C.
Prélèvement - Propriétés de l'échantillon L'analyse est réalisée sur sérum
Intérêt clinique - Interprétation des résultats Le test de Widal est d’un intérêt limité dans le diagnostic de la fièvre thyphoïde et des salmonelloses en général. La coproculture est l'examen de premier choix. La réponse immunitaire humorale devient généralement mesurable par le test de Widal 2 à 3 semaines après le début des signes cliniques. La réponse est fonction de la gravité de l’infection (variant de 25 à 60 % ).
Le diagnostic sérologique repose sur la mise en évidence d'une augmentation minimale de quatre fois le titre initial, pour deux prélèvements espacés d'environ deux à trois semaines.
Les résultats sont fournis pour l'agglutination H et l'agglutination O. Un titre >1/80 pour l'agglutination O suggère chez un individu non vacciné une infection par Salmonella typhi ou paratyphi.

Les remarques suivantes sont à prendre en ligne de compte dans l'interprétation des résultats:
- l'agglutination O persiste moins longtemps que l'agglutination H, elle est aussi plus spécifique de l’infection récente.
- la vaccination provoque une augmentation des agglutinines O et H. Les agglutinines H peuvent persister de nombreuses années, les agglutinines O ne persistent que quelques mois à des titres élevés.
- une antibiothérapie efficace installée rapidement prévient l'augmentation des anticorps.
- les fausses réactions positives observées sont nombreuses : fièvre, malaria, septicémies à bacilles gram négatifs, désordres immunologiques divers, …
- ce test, qui date de 1896, n’est pas recommandé dans les pays à faible endémicité ayant accès à des laboratoires de bactériologie adéquats, capables de réaliser les cultures. Par ailleurs, des études récentes montrent que le test est également de performance médiocre dans les régions endémiques.

Retour analyses