Powered by
X-Recherche

Fiche Analyse : FROTTIS GENITAL CHEZ LA FEMME
Valeurs de référence • Prélèvement vulvaire : Absence de levures, Staphyloccus aureus, Streptocoques Bêta hémolytiques
• Prélèvement vaginal et exocervical : absence de Trichomonas vaginalis, de levures, de Gardnerella vaginalis.
Dans certaines circonstances cliniques notamment obstétricales : absence de streptocoques des groupes B et D, d’entérobactéries, de Listéria monocytogenes
• Prélèvement urétral : absence de Neisseria gonorrhoeae de Chlamydia trachomatis, d’Ureaplasma urealyticum en quantité significative, de Mycoplasma hominis, de Trichomonas vaginalis, d’Herpès simplex.
• Prélèvement endocervical : absence de Neisseria gonorrhoeae et de Chlamydia trachomatis.

Définition - physiologie La flore vaginale commensale est divisée en trois groupes :
Le groupe 1 dont le portage est habituel : Lactobacillus, Corynébactéries, Streptocoques viridans.
Le groupe 2 dont le portage est fréquent : Streptocoques du groupe B et D, entérobactéries, anaérobies, Staphylocoques coagulase + et - , Gardnerella vaginalis, Candida et Mycoplasmes.
Le groupe 3 dont le portage est plus exceptionnel : Pneumocoques, Haemophilus sp,Streptocoques du groupe A.
Prélèvement - Propriétés de l'échantillon Le prélèvement est réalisé à l’aide d’un écouvillon.
Le prélèvement est effectué en fonction du diagnostic clinique :
• Au niveau des organes génitaux externes : vulve, lèvres
• Sous spéculum pour le vagin et l’endocol
• Minimum 1 heure après avoir uriné et après avoir nettoyé l’orifice externe pour l’urètre. Le frottis doit être placé dans un milieu de transport (New Copan Vi-Pak Amies Gel)
Intérêt clinique - Interprétation des résultats Outre la culture, Il faut noter l’importance de :
• l’examen à frais à exécuter dans les 60 minutes qui permettra la détection des Trichomonas vaginalis
• l’examen direct qui permettra de déterminer si le frottis est inflammatoire (présence de nombreux polynucléaires) ou non, de voir si la flore lactique est encore dominante ainsi que de permettre la mise en évidence de « Clue cells » (cellules épithéliales tapissées de Gardnerella et de Mobiluncus) ou de Neisseria gonorrhoeae dans les polynucléaires

Retour analyses