HE4

DÉFINITION – PHYSIOLOGIE :
La protéine épididymaire humaine de type 4 HE4 appartient à la famille des antiprotéinases.
La protéine HE4 est très faiblement exprimée dans les tissus normaux (trachée, poumons, glandes salivaires, reins, thyroïde, ovaires, épididyme) mais fortement exprimée dans les tumeurs épithéliales de l’ovaire, y compris dans les stades précoces (stades I et II) du cancer de l’ovaire.
Son expression est indépendante de celle du CA125, et effective dans 50% des cancers de l’ovaire qui n’expriment pas le CA125.

PRÉLÈVEMENTS – PROPRIÉTÉS DE L’ÉCHANTILLON:
L’analyse est réalisée sur sérum

VALEURS DE RÉFÉRENCE :

Les valeurs de HE 4 sont liées à l’âge et augmentent à la ménopause.
< 40 ans : < 60.5 pmol/L
40-49 ans : < 76.2 pmol/L
50-59 ans : < 74.3 pmol/L
60-69 ans < 82.9 pmol/L
≥ 70 ans : < 104 pmol/L

INTÉRÊT CLINIQUE – INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS :

HE 4 appartient à la famille des marqueurs tumoraux. Associé au CA125, il accroît significativement la sensibilité et la spécificité de détection des cancers ovariens aux stades précoces et de leurs récidives.

Un algorithme (ROMA = Risk of Ovarian Malignancy Algorithm) a été développé pour estimer le risque de cancer épithélial ovarien. L’algorithme prend en compte les valeurs de HE4 et de CA 125, ainsi que le statut ménopausal de la patiente. L’algorithme calcule la probabilité prédictive de détecter un cancer épithélial de l’ovaire lors de chirurgie.

Femmes pré-ménopausées
ROMA ≥ 11.4 % : haut risque de cancer épithélial ovarien
ROMA < 11.4 % : faible risque de cancer ovarien épithélial

Femmes post-ménopausées
ROMA ≥ 29.9 % : haut risque de cancer épithélial ovarien
ROMA < 29.9 % : faible risque de cancer ovarien épithélial

L’algorithme ROMA n’est pas validé pour les patientes précédemment traitées pour tumeurs
malignes, sous chimiothérapie et les patientes de moins de 18 ans.

Le test HE 4 seul ne doit pas être utilisé comme test de dépistage du cancer épithélial ovarien.

Des valeurs faussement positives peuvent se retrouver en présence d’insuffisance rénale, de pathologies hépatiques, gynécologiques ou d’autres pathologies bénignes.
La protéine HE 4 peut être surexprimée dans les cancers thyroïdiens, salivaires et pulmonaires.

Certains types histologiques de cancer ovarien (tumeurs mucineuses ou cellules germinales de l’ovaire) expriment rarement HE4. Son dosage n’est donc pas recommandé pour le suivi des patientes présentant ce type de tumeurs.


Répertoire d'analyses de Biologie Clinique

G. JANSSENS, Directeur scientifique

Edition 2015 > PDF

Le répertoire a pour vocation d’aider au choix et à l’interprétation des paramètres de Biologie Clinique. Son édition est régulièrement complétée et modifiée. Toutefois il peut persister un délai entre la modification d’une analyse existante ou l’utilisation d’une nouvelle analyse et son apparition dans le répertoire.